MESURE-TABLETTE-010

Bien que la vue soit notre sens le plus précieux, elle est à l’origine de 80% de nos perceptions. Il existe de nombreux troubles qui peuvent l’affecter. Fragiles, particulièrement sensibles au stress, à la luminosité, au vieillissement cellulaire… il est important de protéger mais aussi de surveiller ses yeux.

Quels sont vos défauts ?

LA MYOPIE                                                                         

Affectant environ un tiers des adultes en Europe, la myopie est le défaut visuel le plus répandu. Il se caractérise par une vision floue de loin et une vision nette de près. Elle apparaît généralement pendant l’enfance ou l’adolescence et évolue jusqu’au début de l’âge adulte, où en dehors des myopies dites dégénératives ayant un caractère évolutif plus important, elle a tendance à se stabiliser. D’autres facteurs peuvent engendrer des myopies transitoires comme le diabète ou la grossesse, ou des myopies d’indice comme la cataracte.
Le degré de myopie est décrit avec un signe « moins », allant par exemple de -0,25 à -2.75 dioptries pour les myopies légères, – 3.00 à -6 dioptries pour les myopies moyennes, au-delà de -6 dioptries pour les myopies fortes.

Causes : Dans un œil normal, l’image des objets se focalise sur la rétine. En cas de myopie, le point de netteté ne se trouve pas sur la rétine, mais en avant de celle-ci. Le plus souvent, ce phénomène est lié à la longueur trop importante du globe oculaire.

L’HYPERMÉTROPIE

Défaut visuel fréquent, l’œil étant trop court pour sa puissance, seul un effort d’accommodation supplémentaire augmentant la puissance de convergence du cristallin permet de rendre une vision de loin et de prés nette. Ce travail accommodatif supplémentaire entraine une fatigue visuelle plus ou moins importante selon le degré d’hypermétropie. Naturellement présent chez l’enfant ce trouble disparaît souvent lors de la croissance. Au moment de la presbytie la capacité d’accommodation de l’œil va diminuer, ce qui nécessitera pour l’hypermétrope, le port de verres correcteurs en vision de loin comme de prés.

Les ordonnances ophtalmologiques pour hypermétropes sont signalées par un signe « plus ».

Causes : L’œil d’une personne hypermétrope est souvent qualifié de « trop petit » ou de « trop court », Quelque que soit le facteur responsable, l’image d’un objet chez une personne hypermétrope se forme en arrière de la rétine nécessitant un travail d’accommodation nécessaire pour focaliser l’image sur la rétine.

L’ASTIGMATISME

L’astigmatisme existe dès la naissance, mais est souvent découvert lors de l’apprentissage de la lecture.

La vision de l’astigmate est déformée quelle que soit la distance. De loin comme de près, l’astigmate rencontre des difficultés pour distinguer les détails, identifier les lettres ou appréhender les visages. D’où la nécessité d’un dépistage précoce chez l’enfant pour permettre un apprentissage correct de la lecture et de l’écriture.

La prescription d’une correction astigmate comprend deux données chiffrées et un axe en degrés.

Cause : Ce phénomène s’explique majoritairement par une différence de courbure de la surface de la cornée. L’image reçue par l’oeil se forme en deux points différents par rapport à la rétine.

D’autres facteurs comme un traumatisme cornéen ou certaines pathologies de l’œil peuvent engendrer des astigmatismes importants nécessitant le port de lentilles cornéennes.

LA PRESBYTIE

Les personnes de plus de 45 ans doivent souvent s’y résoudre : passé cet âge, il n’est en général plus possible de lire confortablement sans correction. Phénomène de vieillissement naturel. La presbytie se caractérise par une perte de capacité d’accommodation du cristallin, entrainant un trouble visuel de près.

Cause : La presbytie est due à plusieurs facteurs, perte de souplesse du cristallin, perte d’élasticité du muscle ciliaire qui soutient le cristallin. Le cristallin moins bombé perd sa capacité à faire converger l’image sur la rétine. Ce sont des lunettes avec des verres convergents de signe plus qui permettent de rendre une vision nette en vison de prés.

Quand c’est une personne myope, hypermétrope, ou astigmatisme qui devient presbyte, les équipements optiques progressifs, verres correcteurs progressifs ou lentilles de contact progressive lui, permettront de corriger sa vision de près comme de loin. Pour le travail de bureau sur écran informatique ou tablette , les nouvelles technologies apportent une réponse avec le verre de proximité qui permet une lecture facilitée en vision intermédiaire et vision de prés.

Une prescription pour presbytie mentionne l’addition, portant toujours un signe « plus ».
Exemple d’un myope presbyte : Œil droit : -3,00 add + 2,00

Pathologies : ouvrez l’œil !

DÉGÉNÉRESCENCE MACULAIRE LIÉE À L’ÂGE OU DMLA

La dégénérescence maculaire résulte de la détérioration de la macula, une petite zone de la rétine située au fond de l’œil, dédiée à la vision des couleurs et la vision des détails. La DMLA entraîne une perte progressive et parfois importante de la vision centrale. L’âge est le facteur de risque le plus important. Environ 1 personne sur 7 âgée de 55 ans à 64 ans en est atteinte, et 1 sur 3 chez les personnes de 75 ans et plus. Les personnes ayant des antécédents familiaux sont davantage touchées. Une mauvaise alimentation (particulièrement l’abus de graisse) le tabagisme, la surexposition au soleil sans protection, font également partie des facteurs de risque.

C’est une des premières causes de déficience visuelle dans les pays développés.

Il existe 2 formes de DMLA :

  • La DMLA sèche, est plus fréquente et plus lente d’évolution. Il n’y a pas de traitement mais la prise d’un complément alimentaire à base d’anti oxydant, luteïne, avec des vitamines et des minéraux, permet de stabiliser la progression de la maladie. (étude AREDS)
  • La DMLA humide, évolue plus rapidement et s’avère plus invalidante. Elle provoque la formation de néo vaisseaux sur la rétine. Dans ce cas, il existe des traitements ciblant la formation de ces néo vaisseaux par traitement anti-angiogénique, anti VEGF,  photothérapie dynamique, ou photocoagulation au laser.

LA RÉTINOPATHIE DIABÉTIQUE

Résultant du diabète, cette maladie dégénérative est une cause importante de cécité. Elle apparaît quand le sucre, présent en excès dans l’organisme, endommage les vaisseaux sanguins présents au niveau de la rétine, entrainant, dans un premier temps, un mauvais approvisionnement de la rétine en oxygène et nutriments.

Autre conséquence plus grave : la détérioration de la rétine en cas de saignements de ces vaisseaux.

Causes : l’ancienneté du diabète, catégorie de diabète de type 1, et les facteurs génétiques et nutritionnels. Le contrôle du taux de glycémie, en cas de diabète réduit les risques d’apparition et de développement de la rétinopathie diabétique. Diagnostiquée tôt, et suivi médicalement cette maladie peut être stabilisée par un traitement au laser des lésions mineures. Une consultation régulière chez un ophtalmologiste  est préconisée dans tous les cas de diabète.

LE GLAUCOME

Le glaucome est une maladie de l’œil qui provoque une diminution irrémédiable du champ de vision.  En France, plus d’un million de personnes seraient concernées, dont 400 000 personnes non traitées par ignorance de la maladie. Dans 90% des cas, c’est une affection chronique de survenue insidieuse, sans symptôme apparent, le glaucome peut apparaître à tout âge, même chez les jeunes enfants. Une prédisposition héréditaire est fréquente.

Causes : Erreur ! Liaison incorrecte. Le glaucome est causé par une mauvaise évacuation de l’humeur aqueuse. Cette augmentation de la pression comprime le nerf optique et le détruit. L’influx nerveux n’est alors plus transmis au cerveau.

Seul un dépistage médical systématique peut faire le diagnostic, et un simple traitement par collyre est le plus souvent suffisant pour préserver la vision. S’il est diagnostiqué tôt, gouttes, laser ou chirurgie peuvent maintenir une circulation de l’humeur aqueuse normale.

LA RÉTINOPATHIE PIGMENTAIRE

Les rétinopathies pigmentaires représentent un groupe de maladies génétiques donc héréditaires, caractérisées par une dégradation progressive de la vision. Elles aboutissent le plus souvent à la cécité. Cette maladie génétique affecte environ un nouveau-né sur 4000.

La rétinite pigmentaire, provient d’une destruction progressive des photorécepteurs, de la rétine.

Le champ visuel est altéré, pour se réduire à une toute petite partie de son environnement central. Il n’existe, à ce jour, aucun traitement. L’utilisation de filtres colorés et de verres adaptés permet une amélioration du confort visuel, des structures spécialisées proposent une prise en charge globale dans le cas de déficience visuelle avérée.

LA CATARACTE

Ce trouble de la vision survient lorsque le cristallin perd de sa transparence et s’opacifie. La vision devient « laiteuse », comme au travers d’un voile. L’âge est le facteur de risque majeur de survenue de la cataracte, les personnes de plus de 65 ans, sont majoritairement touchées par ce que l’on désigne comme une cataracte sénile. Certains traitements peuvent favoriser la survenue d’une cataracte comme notamment les corticoïdes s’ils sont pris sur une durée prolongée. Le tabagisme, la consommation d’alcool, et l’exposition prolongée aux ultra-violets sont aussi des facteurs de risques. Plus rarement il existe des cataractes congénitales dues à certaines maladies.  Enfin les cataractes traumatiques peuvent se développer suite à un choc porté sur l’œil.

Cette affection très répandue est la première  cause de cécité dans le monde. Seule l’intervention chirurgicale permet de la traiter. L’opération, simple et très courante, consiste à enlever le cristallin et à le remplacer par une lentille. En France, c’est l’acte chirurgical le plus courant. Les implants utilisés aujourd’hui sont si performants qu’ils peuvent aussi corriger la presbytie. Ils permettent d’obtenir une très bonne vision à toute distance.